Mallarmé hors frontières

Publication de Mallarmé hors frontières. Des défis de l’Œuvre au filon symbolique du premier théâtre maeterlinckien par Maria de Jesus CABRAL aux éditions Rodopi.

Présentation de l’éditeur :

Mallarmé hors frontières s’attache à dessiner un nouveau profil de Mallarmé et à découvrir la mobilité de sa pensée, contrariant certaines caractérisations irrémédiablement associées à son nom – hermétisme, obscurité, misanthropie vis-à-vis de la réalité historique –, résultant de lectures fragmentaires, souvent essentialistes de son œuvre.
L’impact de Mallarmé sur le Symbolisme est pourtant majeur. A partir de 1885 surtout, on assiste à une convergence d’idées, puis à un regroupement d’un vaste éventail de poètes autour du « maître » de la rue de Rome. Eclectique, « franco-étrangère », cosmopolite, cette génération est à l’image même du mouvement : on ne peut l’enfermer dans des frontières strictes, créant une dynamique d’échanges tout à fait exemplaire entre Paris et la Belgique.
Parmi les jeunes écrivains débutant dans l’effervescence symboliste, Maurice Maeterlinck est rapidement devenu un nom de proue de la rénovation du théâtre français. Auteur de La Princesse Maleine et de la célèbre Pelléas et Mélisande, le poète-dramaturge commence non seulement sa carrière sous les encouragements de Mallarmé, comme ses pièces révèlent de nombreuses passerelles avec l’œuvre du maître français, chez qui la recherche d’un théâtre nouveau constitue peut-être le véritable fil d’Ariane, depuis Hérodiade, le Faune et Igitur, jusqu’aux textes de la maturité.
Le premier théâtre maeterlinckien a donné à des principes comme la suggestion, l’effet et le mystère une dimension “active”, créant un filon symbolique du projet de Mallarmé, hors frontières, au seuil de la modernité.

Source : http://www.fabula.org/actualites/article18827.php

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *